diumenge, 22 de novembre de 2015

"Vosaltres no aconseguireu el meu odi" “Vous n’aurez pas ma haine”

Antoine Leiris-Helène Muyal-Leiris


Aquest passat divendres al vespre vosaltres vàreu robar la vida d’un ésser excepcional, l’amor de la meva vida, la mare del meu fill, però no obtindreu el meu odi. Jo no sé qui sou ni ho vull saber, sou ànimes mortes. Si aquest Déu pel qual vosaltres mateu cegament ens ha fet a imatge seva, cada bala dintre el cos de la meva dona haurà estat una ferida en el seu cor.

No, no us vull fer aquest regal d’odiar-vos. Ho heu estat buscant, però respondre a l’odi amb còlera seria abaixar-me a la mateixa ignorància que ha fet de vosaltres el que sou. Voleu fer-me agafar por, que miri els meus conciutadans malfiant-me d’ells, que jo sacrifiqui la meva llibertat per la seguretat. Heu perdut. El jugador encara juga.

Jo l’he vist aquest matí. Després de nits i de dies d’espera. Ella era tan bonica com quan aquest divendres al captard; igualment bella que quan ara fa 12 anys vaig embogir d’amor per ella. Certament em sento abatut pel disgust, us concedeixo aquesta petita victòria, però serà de curta durada. Jo sé que ella ens acompanyarà cada dia i que ens retrobarem en aquest paradís d´ànimes lliures en el que vosaltres no hi tindreu accés.

Ara som dos, el meu fill i jo, però som més forts que totes les armes del món. Ja no tinc més temps per dedicar-vos, haig de retrobar-me amb Melvil que ara es desperta de la migdiada. No arriba als 17 mesos, ara li toca menjar el berenar com cada dia, després sortirem al parc a jugar com cada dia i tota la vida aquest infant us ha de fer venir vergonya de que sigui feliç i lliure. Perquè tampoc aconseguireu que us odiï.

Antoine Leiris
Paris
16 de novembre a les 13:18 


“Vous n’aurez pas ma haine”
Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son coeur.
Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’ai peur, que je regarde mes concitoyens avec un oeil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore.
Je l’ai vue ce matin. Enfin, après des nuits et des jours d’attente. Elle était aussi belle que lorsqu’elle est partie ce vendredi soir, aussi belle que lorsque j’en suis tombé éperdument amoureux il y a plus de 12 ans. Bien sûr je suis dévasté par le chagrin, je vous concède cette petite victoire, mais elle sera de courte durée. Je sais qu’elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n’aurez jamais accès.

Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus fort que toutes les armées du monde. Je n’ai d’ailleurs pas plus de temps à vous consacrer, je dois rejoindre Melvil qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois à peine, il va manger son goûter comme tous les jours, puis nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus.

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada

Tan sols acceptarem comentaris que siguin signats amb els vostres veritables noms, la resta seran eliminats.
Gràcies